« A la mémoire d’un ange » – Michèle Juan I Cortada

Publié: 21 février 2015 dans Roman historique
Tags:, , , , , ,
Parution: Novembre 2014 Edition: Chèvre feuille étoilée Genre: Roman historique

Parution: Novembre 2014
Edition: Chèvre feuille étoilée
Genre: Roman historique


4eme couverture
1940-1944. Pauvre ou riche, artisan ou banquier, illettré ou lettré, le Juif est identifié, spolié, condamné, promis à la solution finale. Ses biens matériels, culturels, sont aryannisés.
À partir d’un fait réel que lui a confié la petite fille d’une femme emmenée en camp d’extermination depuis Allauch, non loin de Marseille, où elle habite, Michèle Juan i Cortada a imaginé cette fiction. Trois adolescents marseillais ont un exposé à faire sur la spoliation des biens juifs à Marseille pendant la guerre de 1939-1945.
De recherches en trouvailles, d’une étape à une autre, ils découvrent des vérités, les faits historiques, des abominations, des élans de solidarité, et des secrets de famille qui feront basculer leur destin. Un portrait de femme les aidera dans leur recherche.


Mon avis
J’ai lu ce roman dans le cadre de la Masse critique de Babelio. Je les remercie, ainsi que les éditions Chèvre feuille étoilée, de m’avoir permis de faire cette jolie multi-découverte. En effet, je ne connaissais ni l’éditeur ni l’auteur. Concernant le thème, ce n’est pas une grande première pour moi. J’avais sélectionné ce livre car la thématique abordée est quelque chose qui me tient à cœur. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis attirée, depuis de nombreuses années, par tout ce qui concerne la seconde guerre mondiale et tout particulièrement les rafles, la spoliation, les déportations, les camps, la résistance et la collaboration. Je suis une collectionneuse de livres sur le sujet. Cependant, je lis très peu de fictions sur ce thème. Avec « A la mémoire d’un ange », je déroge un peu à mes habitudes.

Je dérive un peu, revenons au livre! Ce roman est, semble-t-il, basé sur une histoire vraie qui a été racontée à l’auteur. Je regrette un peu de ne pas savoir où s’arrête le réel et où commence la fiction.
Le texte s’ouvre sur un lycéen, en 1984, qui annonce que ses camarades et lui travaillent sur un exposé sur la spoliation des juifs à Marseille, dans le cadre de leur cours d’histoire. On voit très vite à la réaction de la famille que le sujet, s’il n’est pas tabou est, au moins, mal vu et plutôt rejeté.  
Tout au long du récit, on va suivre l’enquête de ces trois lycéens. Un des grands-pères, notaire à l’époque, va susciter une irrépressible envie de connaître la vérité. Le silence de certains autres témoins de l’époque n’arrangera pas les choses.
Ce récit est entre-coupé par moment de flash-back (de la guerre 14-18, de la guerre 39-45, de l’après-guerre) qui vont nous guider, en même temps que les jeunes, sur le chemin de la vérité.

Le récit est vraiment bien construit, mêlant enquête historique, recherche du passé, recherche documentaire. Les personnages sont dépeints de manière à s’y attacher, à comprendre leur frustration, leur désir de connaître le fin mot de l’histoire, leur volonté de ne pas pousser les portes du passé, parfois. 
Ce texte se lit très vite. J’ai eu envie de connaître le dénouement, même si on le devine assez vite. J’ai voulu savoir comment les personnages allaient le découvrir, quelle serait leur réaction. 

Ce roman, bien que fictif, pourrait, selon moi, être mis entre les mains de lycéens, pour qu’ils puissent en apprendre plus sur cette guerre et ce qu’elle a impliqué. En effet, beaucoup de thèmes y sont abordés et pourraient être le prétexte à de nombreux échanges entre les élèves et le professeur: la guerre d’Espagne, la résistante, les rafles, le statut des juifs, les enfants cachés, les déportations, les camps, la difficulté de la récupération des biens spoliés, les spoliations réelles et fictives, etc.  Il y a vraiment matière à discuter et à enseigner.

« A la mémoire d’un ange » est un roman historique qui nous permet, en suivant une enquête rondement menée, d’en apprendre plus sur la spoliation des juifs durant la seconde guerre mondiale.


informations

masse_critiqueChronique réalisée grâce à Babelio et sa masse critique

Site des éditions Chèvre-feuille étoilée

Page facebook du roman

Lire les premières pages du roman: ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s