« Le secret de l’inventeur » tome 1 d’Andrea Cremer

Publié: 27 mai 2015 dans Young adult
Parution: Février 2015 Edition: Lumen Editions Genre: Young Adult

Parution: Février 2015
Edition: Lumen Editions
Genre: Young Adult

 


4eme couverture

Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique… Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l’aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d’amis qui l’entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace… Des décharges de métal de l’Empire, infestées de rats d’acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde ! Rébellion est le premier tome du Secret de l’inventeur, la nouvelle trilogie steampunk d’Andrea Cremer, l’auteur du best-seller international Nightshade, plusieurs fois classée dans les listes des meilleures ventes du New York Times. Monstres d’acier, magie vaudou, automates maléfiques et espions de haut vol, elle a su tisser un univers d’une grande richesse où brille une héroïne née pour mener la lutte !

 


Mon avis

Lumen Editions nous a habitué à des couvertures particulièrement belles. Celle de ce livre ne fait pas exception. Elle est sublime, totalement dans l’esprit steampunk du roman. Mais la beauté du livre ne s’arrête pas là. En effet, la première page de chaque chapitre est illustrée: regardez par vous même!
20150508_125922

Concernant le texte en lui-même, cette saga se base sur une uchronie originale: nous sommes en 1816, dans un passé alternatif où la guerre dépendance aurait été remportée par les anglais. Les Etats-Unis n’existent pas, nous sommes dans l’Empire Britannique.

Le roman s’ouvre sur Charlotte sauvant un enfant d’un monstre d’acier. Pensant bien faire, elle le ramène dans les Catacombes, où elle vit avec d’autres enfants. Elle déchante très vite quand son frère, Ash, le chef, n’approuve pas sa décision. Ces enfants se cachent clandestinement dans ces souterrains, pendant que leurs parents sont partis rejoindre la rébellion. Le garçon, qui s’avère être amnésique, et franchement étrange (Ce qui lui vaut le surnom de « Grave »), pourrait représenter pour eux un véritable danger. Qui est-il? Est-ce un espion de l’Empire? Pourquoi fait-il des crises bizarres? Que lui est-il arrivé? Autant de questions sans réponses. Peuvent-ils lui faire confiance?
Ash, bientôt majeur est en âge de rejoindre ses parents, prévoit un voyage à la capitale avec son acolyte, Jack, un personnage haut-en-couleur avec qui Charlotte ne cesse de se chamailler. Ils veulent entrer en contact avec la résistance, pour des raisons qui échappent à Charlotte, mise à l’écart. Meg, seconde maman pour les enfants, dans les Catacombes, propose de les accompagner, avec Charlotte et Grave pour tenter d’en apprendre plus sur les origines de ce dernier.
Commence alors un dangereux voyage vers et dans la Capitale. Que vont-ils y découvrir? Que trame Ash et Jack? 

Avec « Le secret de l’inventeur », j’ai fait mes premiers pas dans l’univers Steampunk. Je n’avais pas tenté l’expérience, pensant sincèrement ne pas apprécié ce genre. Je dois bien avoué que j’ai beaucoup aimé mon baptême et que j’ai bien envie d’explorer un peu plus cet univers! Je l’ai trouvé bien exploité et vraiment intéressant: les tenues, les armes, les moyens de transport, les inventions en tout genre, l’architecture. Bref, tout un monde qui m’a fait rêver et m’a transportée.
J’ai également trouvé très intéressant l’insertion de la mythologie grecque que je ne m’attendais vraiment pas voir dans ce type de roman. On y retrouve les temples d’Héphaïstos et d’Athéna qui sont, il est vrai, des Dieux très en phase avec cet univers steampunk (l’artisanat, le fer, la forge)

Au-delà de cet univers, j’ai beaucoup apprécié les personnages. Ils ont des caractères forts, bien trempés, mystérieux. On les découvre au fur et à mesure de notre avancée dans le livre. Charlotte ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle est drôle, elle tient tête à l’autorité, et je me demandais si elle réussirait à donner l’illusion d’être la personne qu’elle n’est pas, dans la capitale. Ash, le frère protecteur, est un leader qui permet la cohésion du groupe. Jack, drôle, taquin mais aussi très mystérieux. La relation qu’il entretient avec Charlotte est d’abord drôle puis plus émouvante et torturée. Meg est une petite maman pour les enfants plus jeunes, elle est attentive, protectrice et cache bien son jeu elle aussi. Grave est un mystère à lui seul. Les inventeurs dans cette histoire sont vraiment des personnages intéressants et un peu fous. Les autres personnages sont tout aussi forts, aussi intéressants et bien dépeints. Ils sont tous attachants à leur manière et n’ont de cesse de nous surprendre.

L’idée de la double intrigue m’a beaucoup plu. On a d’un côté une intrigue axée sur la rébellion et la résistance et de l’autre, une plus axée sur l’énigmatique Grave. Les deux sont très intéressantes. J’ai juste trouvé dommage de ne pas avoir plus de données sur la résistance et les projets qui sont nés de ce voyage. J’ai trouvé que c’était un peu effacé par la relation naissante entre Jack et Charlotte. Je n’ai aucun doute sur le fait que nous en saurons plus dans le prochain tome. 

Avec la fin de ce tome, j’ai vraiment hâte de lire le tome 2. J’ai envie de savoir ce qu’il s’est passé, de savoir ce qu’implique la véritable identité de Grave, d’en apprendre plus sur cette rébellion.
En plus, l’écriture d’Andrea Cremer est vraiment un délice. Ça se lit tout seul, c’est addictif, c’est riche.

Un premier tome prometteur, un univers riche, des personnages attachants, une intrigue palpitante, des découvertes étonnantes. Un petit cocktail qui fonctionne!

Publicités
commentaires
  1. Parole de Lea dit :

    J’ai adoré ce livre ! Le steampunk est une belle découverte 🙂

    J'aime

    • Gren dit :

      J’essaie de trouver des informations sur la sortie du tome 2, mais je ne trouve rien. J’imagine que ce n’est pas pour bientôt 😦
      En attendant, je vais essayer de trouver d’autres lectures « steampunk » parce que j’ai vraiment bien aimé 😀

      J'aime

  2. […] « Le secret de l’inventeur » Tome 2 d’Andrea Cremer (Mon avis sur le tome 1) […]

    J'aime

  3. […] Je rencontrerais volontiers Andrea Cremer pour faire dédicacer « Le secret de l’inventeur » que j’ai beaucoup […]

    J'aime

  4. […] fait la découverte du Steampunk avec « Le secret de l’inventeur » d’Andrea Cremer que j’avais bien apprécié. J’avais envie de renouveler l’expérience. […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s