« Bitume fertile » de Sophie Adonon

Publié: 18 juillet 2015 dans Policier / Thriller
Tags:, , ,
Parution: Mai 2015 Edition: Edilivre Genre: Policier

Parution: Mai 2015
Edition: Edilivre
Genre: Policier

 


4eme couverture
À première vue, les trottoirs de cette petite ville de l’ouest de la France ne sont destinés qu’aux piétons, aux poussettes, trottinettes et aux déjections canines… Seulement, certains esprits malins trouvent le moyen de détourner ces espaces bitumés à des fins très lucratives, mais totalement répréhensibles. Bitume fertile est un thriller policier dans lequel un bon père de famille, insoupçonnable, se prend au jeu de la délinquance en jouant avec la vie de ses congénères et avec les nerfs des forces de l’ordre… Qui gagnera cette bataille sanguinaire sur fond de barbarie et de cupidité humaine ?


Mon avis

jedonnemonavis

Lu en partenariat avec Sariahlit.
Je tenais à la remercier de m’avoir permis de découvrir un nouvel auteur dans le cadre de son projet « A la découverte d’auteurs francophones »

Avant de parler du fond, parlons de la forme. Le titre résume parfaitement le nouveau « hobby » du personnage principal : faire pousser une plantation dans le bitume. Et ça fonctionne plutôt bien. Réaliste ? Je n’en sais franchement rien mais l’idée me plaît beaucoup. Concernant la couverture, je la trouve bien choisie : sombre et angoissante tout comme l’est l’intrigue.

François, tenancier de bar, ancien ingénieur du CNRS, surprend un soir une conversation entre deux clients qui semblent tremper dans le trafic de drogue. Souhaitant arrondir ses fins de mois et vivre une retraite paisible, il va se mettre en tête de s’occuper de sa propre culture…et ce, par tous les moyens possibles et inimaginables…surtout les plus inimaginables.

Il est vraiment un anti-héros, tordu et inquiétant. On le constate de plus en plus en avançant dans ce court roman. Au début, je me suis dit qu’il était juste un peu désespéré d’arriver à la retraite avec des dettes sur le dos et qu’il était prêt à tout pour vivre correctement. Sauf que la suite des événements prouve bien que ce gars n’a pas vraiment aucune morale.
Il est le personnage central. Les autres sont plus que secondaires, ils ne sont finalement là qu’en surface. Lumière est faite sur François, et l’auteur nous plonge dans la noirceur de son âme.

L’auteur est incontestablement amoureuse de la langue française. Son vocabulaire est riche, l’utilisation des mots est juste et agréable à lire… mais j’ai éprouvé une petit gêne de ce côté-là. En effet, j’ai trouvé le langage trop soutenu par rapport aux personnages. Pour la narration, ça ne m’a pas vraiment posé de soucis mais pour que les dialogues soient réalistes, il aurait fallu adapter le langage. Quand des dealers ou des SDF toxico parlent comme des bourgeois, ça me paraît tout sauf crédible.
C’est peut être une volonté de l’auteur pour créer une sorte de décalage. En tout cas, ça m’a vraiment laissé un sentiment étrange à la lecture.

J’ai apprécié l’intrigue mais je trouve qu’elle manque d’approfondissement. Sur 130 pages, c’est certes difficile mais quelques pages supplémentaires auraient permis d’étoffer un peu l’histoire. J’aurais aimé par exemple que l’enquête policière soit mise un peu plus en avant. Il s’agit d’un roman policier alors je m’attendais à ce que l’enquête prenne plus de place. Peut être est-ce de nouveau une volonté de l’auteur, mais l’intrigue m’ayant vraiment plu, j’aurais aimé en savoir un peu plus.

L’utilisation régulière de longues « citations » extraites d’articles de journaux, Wikipédia ou de recettes est un autre point qui m’a gênée. L’idée est bonne et intéressante car on voit ainsi l’évolution du personnage et le temps qu’il passe à se perfectionner dans son activité mais ça casse vraiment le rythme du récit. Des citations plus courtes et moins nombreuses auraient été bénéfiques au rythme. Toutefois, je ne peux que relever le souci du détail dont fait preuve l’auteur.

Mon avis est assez mitigé sur ce texte. L’intrigue est sombre comme je les aime, mais quelques points m’ont dérangé. Pourtant, même si j’ai éprouvé quelques gênes, je n’ai pas décroché de ce court roman et l’ai lu d’une traite ! J’ai apprécié le final vraiment bien trouvé ! Une véritable chute pour ce récit ! La phrase finale m’a bien fait sourire,

« Bitume fertile » est un roman original par son intrigue mais aussi par l’écriture de l’auteur.

Publicités
commentaires
  1. roxou06 dit :

    je ne pense pas que ce livre me plairait ! en plus, c’est vrai que 130 pages cela fait court pour approfondir les personnages, c’est presque frustrant parfois !

    J'aime

  2. […] Taylor 38. « L’antichambre des souvenirs » – Iman Eyitayo 39. « Bitume fertile » – Sophie Adonon 40. « Mr Mercedes » – Stephen King 41. Manuscrit des Editions […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s