« Se retenir aux brindilles » de Sébastien Fritsch

Publié: 5 novembre 2015 dans Littérature contemporaine
Tags:, ,

 

Parution: Novembre 2012 Edition: Fin mars début avril Genre: Littérature contemporaine

Parution: Novembre 2012
Edition: Fin mars début avril
Genre: Littérature contemporaine


4eme couverture


Inséparables, Ariane, Tristan et Matthias ont passé leur enfance à jouer avec leurs peurs. Au milieu des étangs de la Dombes ou dans les pièces vides d’un château oublié, ils cherchaient l’émotion, l’interdit, le danger.

Trente ans plus tard, les frayeurs d’Ariane n’ont plus cette saveur plaisante de l’imaginaire : c’est un homme bien réel – un homme qu’elle a aimé – qu’elle fuit maintenant.

Car si les enfants font de la peur un jeu, les adultes, eux, savent en faire une arme.


Mon avis


Ariane fuit Lille et son mari violent avec ses deux enfants, Enzo et Abigaëlle. Elle va trouver refuge dans le village de son enfance, mais les années ont passé et rien n’est plus pareil. Elle se rend chez Marthe, une des seules habitantes qu’elle connaît encore. Celle-ci est un symbole de son enfance, elle y est très attachée, mais les années ont laissé des traces et la vieille dame a la mémoire qui flanche. Pourtant, elle va l’héberger quelques jours, le temps pour Ariane de renouer avec ses souvenirs d’enfance et notamment la peur, qui est le sentiment qui a guidé tous ses jeux. 

Je ne cache pas que le début de ma lecture m’a laissé perplexe. J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. Et puis, j’ai su passer outre quelques longueurs et ai été intriguée par les personnages, très mystérieux comme Tristan par exemple, mais aussi par l’histoire.

C’est un roman dans lequel notre lecture est ponctué de tout un tas de questions. Où tout cela va mener? Que cherche Ariane exactement? Pourquoi retourner sur les lieux de son passé alors qu’elle devrait se tourner vers l’avenir?
Et puis finalement, nos interrogations sont plus ciblées. On comprend mieux où tout cela nous conduit. Ne faut-il pas affronter ses peurs enfantines pour affronter celles de sa vie d’adulte? Comment avancer dans sa vie actuelle quand on reste bloqué dans le passé?

Ce roman est finalement l’histoire d’une construction de soi qui passe par une sorte de renaissance.

L’écriture de l’auteur est juste, pleine de poésie, sans en faire trop. J’ai beaucoup apprécié la façon très claire dont on passe de la narration au présent aux souvenirs. Je ne me suis jamais sentie perdue, j’ai su me situer dans le temps à chaque moment de ma lecture. 
J’ai également beaucoup apprécié les nombreuses références musicales dans ce roman. J’ai facilement pu imaginer une bande-annonce comme s’il s’agissait d’un film.
Les nombreuses fois où Ariane se perd dans ses souvenirs du passé nous permettent de voir apparaître une fresque de ce qu’a été sa vie et ce qui l’a amené à ce qu’elle est aujourd’hui. L’auteur nous fait participer, en quelque sorte, à la construction de ce personnage.

La peur est un personnage à part entière, complexe, décrite avec beaucoup de subtilité et de réalisme. Et c’est un choix vraiment intéressant. Le roman prend ainsi une dimension toute particulière.

« Se retenir aux brindilles » est un beau roman mené par la plume efficace de l’auteur, dans lequel se mêle construction de soi, nostalgie, futur, angoisse, et suspense. 

Publicités
commentaires
  1. […] – Cora Carmack 49. « #Scandale » – Sarah Ockler 50. « Se retenir aux brindilles » – Sébastien Fritsch 51. « Les fauves » – Ingrid Desjours 52. « Le trône de […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s