« Bora bora’s bitches » Tome 1 et 2 de Jacinthe Nitouche

Publié: 3 décembre 2015 dans Chick-lit
Tags:, ,

 

4eme couverture

 

TOME 1

Avant toute chose, je préfère prévenir : âmes sensibles et personnes à la santé fragile s’abstenir… si tu ne supportes pas la vulgarité et que le langage cru te donne de l’urticaire ceci n’est pas pour toi… Si tu fais également une réaction cutanée aux notes de bas de page, tu risques d’être déçu. Après j’ai envie de dire : advienne que pourra !!!

Que dire à part que je vis, ou plus exactement j’essaye de survivre, avec trois filles plus cinglées les unes que les autres : Pétra Van de Pute, Jane Moreau et Phillis Pine, dans un endroit que nous avons rêveusement surnommé « Bora-Bora ». Oui, sur le papier ça peut envoyer de la bûchette, mais dites-vous que dans la vie c’est pire. Pour épicer le tout, un mâle de nature indéterminée, qui a le don de me mettre le téton en érection et la vulve au court-bouillon, est apparu subitement sur notre palier.

Vous allez donc suivre une année de notre merveilleux quotidien, et quel quotidien !

Quoi ?

C’est moi qui raconte, je ne vais pas vous dire que notre vie est aussi molle que le périnée de Mamie Nova, ce ne serait pas crédible.

Voilà, alors après, il ne vous reste plus qu’à mélanger tout ça dans un shaker, verser le cocktail dans un joli verre avec une paille et le déguster amoureusement.


TOME 2

Tu pensais être tranquille ? Tu croyais qu’elles coulaient des jours paisibles dans l’anonymat le plus total ? Naïf.

Phillis défraie toujours autant la chronique avec sa chandelle de feu. Jane sauve encore plus de vies. Petra n’est pas sortie des méandres métaphoresques guêtapiques. Jacinthe est plus fan que jamais de Larusso. Quant à Madame Gandus, elle essaie envers et contre tout de les faire virer par le syndic.

Accroche-toi à ton string, elles reviennent et ça va swinger dans les chaumières, surtout au 4A.

Prêt pour un deuxième effet Bora-Bora ?


 

Mon avis

 

Edibitch est une maison d’édition avec une ligne éditoriale qui me parle

Le point commun de toutes nos publications est que nous aimons les héroïnes qui ont du mordant (au lieu de se mordiller la lèvre) et qui ont du caractère. Elles peuvent être fragiles et chamallow, mais en aucun cas soumises et spectatrices de leur vie.

Et des romans que j’ai adoré! « Les bottes rouges » de Fleur Hana, « Oh my phone! » de Claire DeLille et maintenant je vais vous parler de la pétillante série des Bora bora’s bitches.
J’ai choisi de faire une chronique pour les deux tomes, tout en tâchant de ne pas vous spoiler.

Pour résumer grossièrement, c’est l’histoire de 4 amies déjantées qui partagent le même appartement. On suit leur petite vie, leur discussion très souvent (pour ne pas dire toujours) dédiée à la gente masculine et au sexe, mais il y a aussi des discussions hautement philosophiques sur les règles, l’épilation, l’alcool, et ce genre de trucs. On partage leur vie, leurs soirées mémorables, leurs aventures souvent à vous tordre de rire! Ces filles n’ont pas leur langue dans la poche (Ni pour parler, ni pour tout d’ailleurs), elles sont vulgaires, drôles, chiantes. 
Elles vivent dans l’appartement 4A, sur un pallier inhabité jusqu’à ce qu’un mec vienne emménager au 4B. 
Jaja va être chamboulée (sentimentalement, physiquement…) par l’arrivée de celui qui sera surnommé « Le connard sexy du 4B ». Je vous prie de me croire, les filles, que vous rêveriez d’avoir un voisin comme lui!
Et nous voilà partis, pour suivre les aventures, les frasques et les fou-rires des 4 cinglées!

Ce roman est tout simplement un hymne à l’humour. J’ai ri tout le long! Bien sûr, c’est vulgaire. C’est annoncé dès le départ. Pour le lecteur, ça passe ou ça casse. Il n’y a pas une minute de répit, entre grossièreté et réplique cinglante, on ne s’ennuie pas.

Bien sûr, ce qui fait la force de cette série, ce sont les personnages.
On a d’abord Jaja, qui est la narratrice principale, une jeune fille indépendante, un peu maladroite, vulgaire, fan de Larusso et avec la phobie des poils.
Jane, c’est un peu le bonbon rose du groupe. Elle aime le rose et en abuse à outrance! C’est un romantique (qui aime la biffle) qui ne supporte pas la vulgarité de ses copines. On se demande ce qu’elle fait dans cette colocation, mais la petite Jane n’est pas si innocente que ça et nous offre des bonnes parties de rigolades (Je pense au coup de la licorne dans le tome 2 et j’en pleure presque ^^)
On a Pétra qui est un peu le double plus pondéré de Jaja et Phillis, surnommée la Syphillis, sexuellement hyper-active et certainement la plus vulgaire des 4!
On a enfin, le mâle de la série (Bon, ce n’est pas le seul, mais il surpasse tous les autres!): 4B. Un jeune homme mystérieux, sexy à souhait, à la réplique drôle et efficace et ayant d’autres atouts majeurs que Jaja a pu tester! 😉

En plus du rire, de la romance, du sexe, j’ai adoré les tonnes de références évoquées: les best-sellers du moment, les musiques un peu has-been mises à l’honneur (Bon, c’est un peu mon adolescence, donc c’est carrément drôle!), les séries télé, les films, les people. C’est frais, c’est drôle, ça crée une sorte de connexion avec cette bande de copines qu’on aimerait avoir.

J’ai adoré, également, les notes de bas de pages. Jaja nous parle directement à nous, lecteur, avec beaucoup d’humour, de tranchant. Voilà un petit exemple:

Armande Altaï : […] Elle porte un maquillage très conceptuel à te donner envie de rendre ton déjeuner de la veille et je pense aussi qu’à force de se faire tirer la peau elle doit avoir le trou du cul à la moitié du dos … en toute amitié, bien sur.

Bref, tout ça pour dire que cette série a été pour moi un très bon moment de lecture. C’est moderne, c’est frais, pas prise de tête, c’est addictif. J’ai ri, j’ai pleuré de rire, et encore ri! J’étais un peu triste de quitter les 4 morues à la fin du deuxième tome, mais il ne faut pas abuser des bonnes choses.

Juste pour le plaisir, je vous quitte avec quelques citations tirées des deux tomes pour vous faire une petite idée! 🙂

Il est 7h30, je me risque à ouvrir un œil. J’ai la tête aussi lourde que les fesses de Jennifer Lopez.

 

– C’est magique, une licorne.
– C’est juste un cheval avec une bite sur le front, ça n’a rien de magique Jane, dis-je au bout du rouleau.

 

Oui, il faut savoir que dans les milieux littéraires, et notamment sur la blogosphère, c’est comme ça qu’on s’exprime. « Tu verrais ma PAL, darling, je ne m’en sors pas ! », « La mienne est plus grosse que la tienne ! », « Oui, mais c’est la mienne qui gicle le plus loin ! ».

 

Publicités
commentaires
  1. […] – Johanna Zaïre 55.  « Birdbox » – Josh Malerman 56. « Bora bora’s bitches » Tome 2 – Jacinthe Nitouche 57. « Le trône de fer » Intégrale 5 – G.R.R. Martin 58. […]

    J'aime

  2. […] « Bora bora’s bitches » mais là c’est carrément pleuré de rire!🙂 Ma chronique […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s