Archives de août, 2016

Top Ten Tuesday #37

Publié: 30 août 2016 dans Top Ten Tuesday

TTT


Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire initialement créé par
The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.
C’est Frogzine qui tient désormais les rênes de ce rendez-vous! 

Le principe est de lister un top 10 selon un thème donné.


 Les 10 romans de la rentrée littéraire automnale 2016 que je veux absolument me procurer

(suite…)

CLQLV

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books.
Le blog de Galleane a pris la relève.

Le principe est simple. Chaque lundi, il faut répondre à 3 questions:

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? (suite…)

Parution: Octobre 2014 Edition: J'ai lu (Paru également chez Rebelle Editions et France Loisirs) Genre: Fantastique

Parution: Octobre 2014
Edition: J’ai lu (Paru également chez Rebelle Editions et France Loisirs)
Genre: Fantastique

 


4eme couverture

 

À presque 18 ans, Hannah enrage de devoir subir un nouvel été à Wick, petite ville portuaire écossaise. Il n’y a pas plus ennuyeux que cet endroit pour une citadine de son âge. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Leith. Il est bâti comme un roc et possède les plus beaux yeux qu’elle ait jamais vus. Qu’importent les rumeurs qui courent au sujet du jeune homme… l’attirance est immédiate, réciproque et irrépressible.
Puis tout bascule. Le conte de fées se transforme en cauchemar et le destin d’Hannah est scellé. Leur relation résistera-t-elle à l’inimaginable ? Sauront-ils vaincre le pire ? Car les légendes sont parfois plus réelles que l’on croit.

 


Mon avis

 

– Tu sembles si convaincue de leur existence !
Elle me regarda avec un sourire en coin.
– Et pourquoi ne le serais-je pas ? Certains croient bien en un dieu qu’ils n’ont jamais vu.


Depuis un bon moment déjà, je veux commencer cette série. J’avais donc choisi de sélectionner ce premier tome pour mon Challenge ABC Littérature de l’Imaginaire 2016 histoire de me motiver un peu.

La couverture de cette édition « J’ai lu » est juste magnifique! C’est celle que je préfère de toutes les éditions parues.

Hannah, jeune parisienne de bientôt 18 ans, part en vacances à contre-cœur. Comme chaque année, ses parents et elle passent les deux mois d’été dans le manoir de la grand-mère, à Wick, en Ecosse. Dépitée à l’idée de passer de longues semaines ennuyeuses, loin de sa meilleure amie, elle fera une rencontre assez inattendue avec un certain Leith Sutherland, charismatique et mystérieux beau mec! Les vacances prennent une autre tournure et l’amour pointe le bout de son nez. Mais les choses vont se gâter. Qui est réellement Leith, si énigmatique et provoquant le malaise chez certains?
Et bien, je ne vais rien vous dire, ça gâcherait la surprise, même si je dois l’avouer, on le comprend très vite dans ce premier tome.

Au début de ma lecture, j’ai vraiment eu du mal parce qu’il y a pas mal de similitudes avec la saga « Twilight ». Par la suite, l’histoire évolue et Sophie Jomain a su créer sa propre ambiance et sa mythologie. Malgré tout, le schéma général reste classique: une humaine tombe amoureuse d’une créature fantastique et risque sa peau à cause de cette union. Heureusement, l’histoire de ces créatures est bien développée et sort un peu de l’ordinaire.

 

Gros point positif: le cadre de ce roman: l’Ecosse. Ça fait voyager le lecteur, avec ces paysages plein de légendes et de charmes. Un cadre idéal pour cette histoire!

Les personnages m’ont plu, même s’ils auraient pu être plus approfondis, je pense. Hannah est jeune, et ça se ressent. Elle est un peu naïve, limite mièvre et coincée. Bref, je n’ai pas vraiment accroché à elle. Leith, quant à lui, est plus énigmatique et charismatique. J’ai beaucoup plus accroché. Malgré son côté « homme fort », il a des faiblesses qui le rendent très intéressant. On comprend assez vite son secret et j’ai eu du mal à comprendre le temps qu’il a fallu à Hannah pour comprendre de quoi il s’agissait. Je n’ai pas vraiment été emballée par leur histoire d’amour.
Sa famille est attachante (Bon, son père un peu moins, mais en apprenant son histoire, je l’ai un peu plus compris, et il devient moins détestable) surtout Al et Bonnie dont j’aurais aimé en savoir plus.

J’ai adoré le personnage de Gwen, atypique, déluré. J’espère qu’on la retrouvera dans le prochain tome  pour continuer à faire sa connaissance puisque finalement on connaît peu de choses sur la meilleure amie de Leith.
Quant au méchant de l’histoire, j’ai bien aimé son côté tordu. Un peu moins le fait d’avoir compris très vite de qui il s’agissait.

J’ai un peu regretté ce côté très prévisible dans ce roman. On comprend vite qui est Leith, qui est le prédateur, etc. Un peu plus de suspens m’aurait bien plu!

Si l’écriture est agréable et fluide, l’univers plutôt intéressant et promettant d’évoluer dans le bon sens, ça reste tout de même très « Young adult ». En tout cas, ce premier tome, malgré quelques défauts, m’a donné envie de découvrir la suite!

 


Roman lu dans le cadre des challenges:

challenge ABC de l'imaginaire
Challenge littérature de l'imaginaire

Parution: 2000 Edition: Vents d'ouest Genre: BD

Parution: 2000
Edition: Vents d’ouest
Genre: BD


4eme couverture

Le guide du jeune père:

« Evidemment, c’est la femme qui fait tout le boulot. C’est elle qui porte le bébé, qui supporte l’accouchement, et qui, régulièrement, change les couches et se lève pour le biberon. Cela n’empêche pas l’être ingrat, feignant et négligeant, autrement dit l’homme, de se poser une foule de questions, et de se faire un souci bien souvent supérieur à celui de sa tendre et chère. Le Guide du jeune père est spécialement conçu pour répondre avec humour à toutes ces interrogations, qu’elles se posent avant où après l’arrivée du bambin. Comment accueillir la nouvelle ? Comment se comporter pendant l’accouchement ? Comment annoncer l’heureux évènement ? Comment apprendre à vivre avec son enfant ? Encore un effort, messieurs, et vous deviendrez des papas modèles. »

Le guide de la jeune mère:

« Devenir maman, c’est tout un programme ! Adieu les insouciances de jeune fille, les préoccupations post-adolescentes, il faut maintenant devenir adulte et apprendre à s’occuper de son mioche correctement. Mesdames, autant dire que vous n’êtes pas sorties de l’auberge ! L’humour dévastateur de ce guide qui mélange de véritables conseils et quelques absurdités cocasses en fait un compagnon idéal pour les jeunes mamans souhaitant parfaire leurs instincts maternels. Si vous hésitez encore entre l’hôpital ou la clinique, si vous voulez protéger votre bambin des dangers de la maison ou si vous désirez comprendre son développement, plongez-vous dans ce petit traité d’éducation. »


Mon avis


J’ai lu ces deux BD à la fin de ma grossesse. Un petit cadeau de mes parents pour mon homme et moi. De quoi nous faire rire en nous préparant à devenir parents.

 

J’ai choisi de parler des deux albums en même temps car, finalement, ils sont assez similaires, même si les événements sont abordés de façon différente bien entendu. D’un côté le point de vue du père, de l’autre celui de la mère.

Les albums s’ouvrent sur une première planche parlant du public visé: tout le monde! Que vous envisagiez d’avoir un enfant, que vous soyez enceinte ou que vous ayez déjà des enfants.

Ensuite, toutes les étapes de la grossesse sont abordées: de l’annonce à l’accouchement en passant par les échos, les envies, les hormones, etc.
Bien sûr, la BD continue en parlant des premiers mois de bébé, des galères qui en découlent, pour s’achever sur une dernière planche avec pour question: « Faut-il en refaire un autre? »

Les questions principales qu’on peut se poser sont abordées de manières humoristiques. C’est bien entendu à prendre au 36ème degré, mais dans le fond, c’est très ludique. Cela peut aider à dédramatiser des étapes cruciales de la maternité/paternité en leur enlevant le côté sérieux et académique avec lequel nous sommes plus habitués:

– Comment annoncer sa grossesse?
– Le père doit-il participer à l’accouchement et comment?
– Comment surmonter les galères des premières semaines?
– Quels principes éducatifs choisir?

Voilà une liste non exhaustive des thèmes abordés.

En lisant ces BD en fin de grossesse, cela m’avait bien fait sourire. Je pense le relire bientôt, histoire de voir si ma façon de percevoir ma lecture est différente, presque 6 mois plus tard.

Une lecture plutôt sympa, et une idée de cadeau pour de futurs jeunes parents!

Parution: Mai 2016 Edition: Fayard Genre: Littérature française

Parution: Mai 2016
Edition: Fayard
Genre: Littérature française


4eme couverture

 

Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.

C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.

 


Mon avis

 

 » Maison de traite Les Tamaris »
Si même les lettres en fer forgé se font la malle , j’ai du souci à me faire. Si ça se trouve, c’est l’offre d’emploi qui comportait une faute, ce n’est pas une maison de retraite et je vais vraiment me retrouver à faire la conversation à des vaches opprimées…A vrai dire, cette idée me semble nettement plus réjouissante que ce qui m’attend.

 

C’est dans cet état d’esprit que Julia arrive à Biarritz pour commencer sa nouvelle vie. Le décès de son père, la perte de Maminou, sa grand-mère et la rupture avec Marc qui n’a pas su être à la hauteur… tout ça, c’est beaucoup trop pour cette psy trentenaire. Elle plaque tout pour accepter une offre d’emploi dans une maison de retraite. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle le regrette même avant d’avoir commencé. Mais comme on le sait, les choses ne se passent jamais comme prévu! Surtout que, bon, les vieux, c’est pas son truc…

Je n’aime pas les vieux . Si je veux être totalement exacte, ce n’est pas que je ne les aime pas , même si je ne peux pas dire que je les aime, c’est qu’ils me font peur . Ils tutoient la mort , et moi , je préfère la vouvoyer.

Si Julia est là pour écouter les résidents de cette maison de retraite et faire en sorte qu’ils se sentent le mieux possible, elle va très vite se rendre compte que ce sont eux qui vont lui apporter ce qu’elle est venue chercher. Les papis grincheux, ceux à l’humour lourd, les mamies un peu loufoques, vont vite devenir, aux yeux de la jeune fille, des personnes attachantes et émouvantes qui ont du vécu et une belle expérience de la vie.

J’étais un peu perplexe en commençant ce roman, mais j’avais besoin de quelque chose de frais, sans prise de tête. Je ne m’attendais pas à me faire entraîner aussi facilement et avec autant de plaisir dans cette aventure à la fois triste, joyeuse, drôle mais surtout pleine d’émotion. J’ai même eu le cœur serré de quitter Gustave, Léon, Elisabeth et toute la bande de joyeux « yeuv ».

Si l’histoire est mignonne, pleine de belles vérités et de leçons de vie, la plume de l’auteur joue un grand rôle dans la réussite de ce roman. Elle est pleine d’humour, de douceur, de sarcasmes et de délicatesse. J’ai totalement adhéré à cette écriture qui rend la lecture agréable.

Les personnages sont géniaux, tant chez les résidents que chez les collègues de Julia. On a une palette de caractères différents, chacun profitant de la vie comme il l’entend, chacun sa philosophie de vie, en somme. Bien sûr, il y a de l’amour, qui pour moi, n’ajoute rien à l’histoire, mais il ne prend pas trop de place, juste suffisamment pour illustrer la doctrine du « Profitez du présent! ».

D’hier,il ne fut garder que le positif.De demain,il ne faut rien attendre.On ne peut pas changer le passé,on ne peut pas connaître l’avenir.

La fin m’a laissée bouche-bée. Je ne m’y attendais pas du tout, à telle point que j’ai relu les dernières pages pour être sure de ne rien avoir loupé.

Un chouette roman « Feel good » qui m’a donné le sourire aux lèvres tout au long de ma lecture, parfois même un bon fou-rire.
Comment conclure? En se disant juste que le présent est trop important pour passer à côté. Vivons-le, sans se retourner et sans vouloir trop réfléchir à l’après!

Faire de chaque jour un souvenir heureux. A la fin le bonheur est la seule chose que l ‘on emporte avec soi.