Archives de octobre, 2016

« Miroir » de Alick

Publié: 29 octobre 2016 dans Policier / Thriller
Parution: Septembre 2016 Edition: Rebelle Editions Genre: Thriller

Parution: Septembre 2016
Edition: Rebelle Editions
Genre: Thriller

 


4eme couverture

Faisant partie des meilleurs éléments de la brigade criminelle du 36, quai des Orfèvres, Axiandre Martin reçoit les honneurs après l’arrestation musclée du tueur parisien connu sous le nom de « Purificateur ». Toutefois, affectée par la mort de son coéquipier lors de cette opération, elle bénéficie d’un congé d’une semaine mais se voit rappelée durant ses vacances. Trois corps mutilés viennent d’être retrouvés et l’affaire s’annonce étrange. Il s’agit de jeunes filles sur le point de se marier, toutes exécutées 24 heures avant la cérémonie. Bientôt les corps s’accumulent et la presse s’empare de l’affaire. Sur les traces d’un dangereux psychopathe, l’enquête la plonge alors dans un univers de démence et d’horreur dont elle sortira transformée.

 


Mon avis

 

Je tiens à remercier Rebelle Editions pour ce service presse.

 

Titi était mort à cause d’un malade mental qui se croyait en mission pour Dieu et maintenant, il voulait ma mort.

Déjà, quelques mots sur la couverture: l’image est simple mais reflète parfaitement le roman et reprend le titre qui est mis en en scène avec le R inversé. Le rapport avec le miroir nous sera révélé à la fin. J’adore tout simplement!


Concernant l’histoire: Axiandre Martin, surnommée Cyborg à cause de son apparente froideur, est flic au 36 quai des Orfèvres. Après l’arrestation d’un tueur en série qui a coûté la mort de son coéquipier, elle doit vite retourner sur le terrain car un nouveau tueur sévit.

Le lecteur va donc suivre l’enquête jusqu’à son aboutissement mais aussi les conséquences du décès de Titi (et d’autres événements) sur la jeune flic qui n’est pas si insensible que ça…


L’intrigue a l’air plutôt simple, mais on s’aperçoit très vite qu’il n’en est rien.
La narration en elle-même est très originale. On alterne entre divers points de vue: celui d’Axiandre, bien sûr, celui du tueur, bien évidemment mais aussi d’autres personnages dont on ne comprend pas vraiment le lien avec tout le reste. Tout ceci participe à un suspense haletant, nous sommes tenus en haleine du début à la fin.
Chaque sous-chapitre apporte un point de vue différent, narré à la première personne. Ceci nous permet d’entrer complètement dans l’univers du roman et de voir les événements à travers les yeux de chacun. J’avoue que les passages du tueur m’ont souvent donné des sueurs froides et ceux du petit Nicolas m’ont bouleversée.
Choix étonnant: les chapitres sont numérotés avec le prénom du narrateur. Par exemple « Alexandre 1/11 ». Ce principe est une bonne idée car il nous permet de voir l’avancée dans le récit et personnellement, cela m’a donné envie de tourner les pages de plus en plus vite en voyant la fin approcher.


Je n’avais pas lu un aussi bon thriller depuis un petit moment. La plume de l’auteur est très agréable et addictive. Elle va droit au but, sans chichi, mais le travail de recherche effectué se fait vraiment ressentir tout au long du roman. C’est très détaillé, autant sur les personnages que sur les pathologies, les rituels, les enquêtes, les meurtres, etc.

Le roman est construit comme un véritable puzzle. Le lecteur doit attendre la fin pour pouvoir assembler toutes les pièces qu’il a pourtant su trouver tout au long du récit.
Je dois avouer que j’ai découvert l’identité du tueur assez rapidement, mais l’auteur brouille tellement les pistes que j’ai passé toute ma lecture à douter, en me disant « Non, c’est pas X: c’est trop tiré par les cheveux! » « Ok, mais si c’est X, c’est quoi le lien avec ces personnages? ». Et plus j’avançais, et moins ça devenait clair… jusqu’au dénouement où tout prend sens et où tout se retrouve relié.

Vous l’avez compris, j’ai vraiment apprécié ma lecture. C’est un thriller comme j’aimerais en lire plus souvent: du suspense, du gore, de la psychologie, des personnages forts, une écriture captivante. Que rajouter de plus si ce n’est « Lisez-le! »