Archives de décembre, 2016

Parution: Mai 2012 Edition: Bayard Genre: Fantastique

Parution: Mai 2012
Edition: Bayard
Genre: Fantastique

 


4eme couverture

 

Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante.
Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l’enfermement et l’immortalité.Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé un partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des « Monstres ». Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l’île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n’a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse…

Mon avis

 » Les étoiles aussi sont des voyageurs du temps », ai-je songé.
Combien de ces points lumineux provenaient de soleils déjà morts? Combien d’étoiles étaient nées, dont la lumière ne nous parvenait pas encore? Si tous les soleils, à l’exception du nôtre, s’éteignaient ce soir, combien de vies nous faudrait-il pour comprendre que nous étions seuls? J’avais toujours eu conscience que le ciel était plein de mystères, mais je réalisais seulement aujourd’hui que la Terre l’était aussi.

 

Cette saga traîne dans ma PAL depuis un bon moment déjà. Je reportais ma lecture, au profit d’autres. Je me suis enfin décidé à me lancer, et je n’ai aucun regret!

Jacob, jeune ado américain, est fasciné depuis son plus jeune âge par les histoires fantastiques de l’enfance de son grand-père. Juif pendant la seconde guerre mondiale, Abe a été mis en sécurité sur une île du Pays de Galles où il a fait la rencontre de Miss Peregrine Faucon et de ses protégés: des enfants aux capacités bien mystérieuses. En grandissant, Jacob comprend que tout ceci n’est que conte de fées, ou la démence d’un homme qui essaie de refouler un passé tragique dans lequel toute sa famille a été décimé par les monstres nazis. Mais est-ce vraiment le cas? Quand son grand-père meurt dans des circonstances étranges, lui rappelant dans son dernière souffle ses histoires du passé, Jacob se met à douter. Il part alors en quête de cette île et de ces enfants…

La couverture, déjà, m’intriguait beaucoup. Oui, je sais: ne pas juger un livre à sa couverture! Mais je ne peux m’en empêcher! J’aime deviner les promesses cachées dans cette première image d’un roman. Je remarque tout de suite le côté fantastique avec cette enfant qui lévite et illustre le terme « Enfants particuliers ». Je note aussi le côté sombre de la photo, qui ne se retrouve pas vraiment sur la couverture de la réédition. Je préfère celle-ci car elle me fait penser à une vieille photographie qu’on aurait retrouvé dans le grenier d’une maison, au fond d’une malle poussiéreuse.
Et c’est justement ça qui m’a plu. Toute cette histoire construite autour de vieilles photos dénichées par l’auteur dans des vide-greniers ou des collections privées. Cela donne une saveur toute particulière à ce roman. 
La construction de cette saga fantastique est assez classique. Jacob découvre un monde nouveau, rencontre des personnages aux capacités sortant de l’ordinaire mais se rend vite compte que le danger plane sur eux. Le voilà propulsé au range d’acteur dans leur histoire, jusqu’à devoir porter le costume du nouvel héros.
C’est dans le traitement des différents thèmes abordés que se fait ressentir l’originalité. Déjà par l’utilisation des photographies que j’ai abordée précédemment. Cette saga propose surtout une réflexion importante sur l’Histoire, avec notamment la persécution des nazies sur la population juive, la guerre et ses horreurs. C’est aussi pour Jacob, une manière de se positionner dans cette Histoire, déjà par rapport à son grand-père qui a été une des victimes mais aussi par rapport aux boucles temporelles qu’il va visiter et ainsi vivre les événements du passé.
Il y a aussi un côté « Peter Pan » avec les enfants particuliers, bloqués dans une boucle qui leur fait vivre sans fin le même jour, connaissant ainsi l’immortalité tant qu’ils restent à l’intérieur. Ces enfants qui ne grandissent pas. Mûrissent mais restent des enfants, refusant même la mort de l’un des leurs.
Et bien sûr, on y parle également de la différence. Ces enfants particuliers, rejetés de la société, obligés de se regrouper pour vivre ensemble, sous l’aile protectrice de leur ombrune.
 

Le style de l’auteur est agréable, l’écriture très visuelle. L’intrigue quant à elle est parfaitement maîtrisée, nous permettant de voyager dans le temps, le réel se mêlant au fantastique. Un coup de maître pour un premier roman.

Une adaptation cinématographique de Tim Burton? Je dis oui! Il ne me reste plus qu’à le voir! L’univers de « Miss Peregrine et les enfants particuliers » rejoint bien celui de Burton. Je suis curieuse de voir comment il a traité cette adaptation.

Un premier tome qui nous promet une saga jeunesse palpitante avec son univers sombre et original, ses personnages atypiques et attachants et ses monstres terrifiants.

Publicités
Parution: Novembre 2016 Edition: CKR Editions Genre: Fantasy

Parution: Novembre 2016
Edition: CKR Editions
Genre: Fantasy

 

 


4eme couverture



Ici commence l’histoire de celles et ceux qui s’apprêtent à réécrire les légendes de la Moïra.

Au large du continent, sur une terre aux paysages sauvages où se mêlent hautes montagnes, rivières tumultueuses et vastes forêts, les Hommes, les Elfes et les Orques tentent, tant bien que mal, de préserver une harmonie aussi précieuse que précaire.

Forgée cinq cent ans plus tôt, l’alliance des Hommes et des Elfes sombre peu à peu dans les brumes de l’oubli. Les liens du passé se distendent, tandis que l’ancien règne de terreur du Maître et de son Triangle Noir ressurgit des profondeurs de la forêt, menaçant l’équilibre de l’île toute entière. 

 


Mon avis


Je tiens à remercier mon partenaire CKR Editions pour ce service presse.


Un petit mot sur la couverture: je l’adore! Elle est sombre, mystérieuse et suscite chez moi de nombreuses interrogations. Elle me donne vraiment envie de découvrir l’histoire qui se cache derrière cette image.

La quatrième de couverture éveille encore plus ma curiosité. On sent poindre le danger, venir les aventures et les rencontres palpitantes. 

Concernant le format, je ne suis toujours pas adepte des épisodes. 39 pages (une vingtaine sur ma liseuse) c’est vraiment très très court et je reste sur ma faim. Je l’ai souligné pour « Nekromantia », mais pour moi la fantasy est un genre qui nous fait évoluer dans un univers vaste et extrêmement riche, avec des personnages forts, très bien travaillés. Ce type de découpage me coupe toujours dans mon élan et dessert le genre. 


Ce premier épisode sert globalement d’introduction à la saga, peut être même que le second aura cette même fonction. J’imagine, car finalement, on n’apprend que peu de choses dans ce premier volet. L’auteur pose les bases, nous en dit assez pour poser un début de décor, mais pas suffisamment pour qu’on ait l’impression d’avancer dans l’intrigue. Finalement, cela me donne vraiment très envie de lire la suite pour en savoir plus.

Des premiers personnages sont présentés, bien sûr. Une guerrière, personnage fort, féminin. J’aime ce concept dans la fantasy. Celle-ci part à la recherche d’une personne disparue. Je n’en dis pas plus, bien sûr. Parallèlement, on fait la rencontre d’un personnage mystérieux, étrange, le genre dont on sait déjà qu’il sera le méchant de l’histoire. Les deux histoires vont forcément se recouper. Pourquoi? Comment? Le lecteur en fera la découverte plus tard. J’ai beaucoup apprécié cette double intrigue, une dans le passé, l’autre dans le présent. Jolie performance pour un texte aussi court. Cela donne de la richesse à cet épisode et permet d’envisager une intrigue générale plutôt complexe.

L’univers, quant à lui, promet d’être sombre, plein de mystères. Certaines scènes de ce premier épisode nous mettent vite la puce à l’oreille. Pas d’ambiance bon enfant ici! La saga s’ouvre sur un événement du passé: une créature se nourrissant d’un homme alors que celui-ci tentait de trouver un endroit pour se mettre en sécurité. Retour dans le présent, c’est la rencontre de ce qui me semble être le personnage principal: la fameuse guerrière. Tavernes, grottes, guet-apens, le lecteur voyage et risque de voyager encore plus loin si l’on en croit la carte du monde dans lequel il évolue.

Le style de l’auteur me semble plutôt agréable. Encore une fois, le format de cette saga laisse peu de place pour le découvrir réellement.


Globalement, ce premier épisode me donne envie de découvrir la suite de cette saga, mais ne m’en dit vraiment pas assez à mon goût. 

Parution: 2016 Edition: Rebelle Editions Genre: Comédie romantique

Parution: 2016
Edition: Rebelle Editions
Genre: Comédie romantique

 


4eme couverture

 

J’ai une méthode imparable pour mettre toutes les chances de mon côté. Je me répète en boucle que je suis la meilleure ! J’y ai tellement cru, qu’aujourd’hui je suis la numéro UNE, la meilleure de ma catégorie, la reine de toutes les connes… Oui, j’aime le sexe et alors ? Est-ce une raison pour me traiter comme un morceau de viande ? Oh ! Je n’ai que 30 ans, je ne suis ni avariée encore moins faisandée ! Ma vie est compliquée certes c’est vrai, mais je suis tellement bien entourée par mes amis que je suis certaine que je vais vite rebondir et trouver, enfin l’homme de ma vie ! Troquer ma couronne pour un diadème, c’est cela mon plan. Je n’ai omis qu’un seul détail, c’est qu’en rebondissant un peu partout, le KO pour multiples blessures risque d’être prononcé par l’arbitre de mon destin.

 


Mon avis

 

Je tiens à remercier Rebelle Editions pour ce service presse.


Lorraine, la trentaine, est en couple avec Marc, depuis maintenant 2 ans. Quand celui-ci lui donne rendez-vous au restaurant en pleine semaine (alors qu’ils ne se voient que les week-end), elle en est sûre: c’est le grand jour! Il va faire sa demande! Mais c’est une autre annonce qu’il va faire: il la largue avec délicatesse bien sûr…! Elle ne peut être la femme qu’il épousera, elle est trop superficielle, ne pense qu’au sexe.

D’abord détruite, elle décide de se reprendre en main, de prouver qu’elle n’est pas qu’une nymphomane et de trouver l’homme de sa vie. Et on peut dire que ses méthodes ne paraissent vraiment pas très efficace… Trouver l’amour quand c’est le sexe qui choisit, c’est un peu compliqué. Et si à force elle risquait de passer à côté de l’homme de sa vie?

 

Le titre, la couverture et le résumé, tout cela annonce une lecture légère, pleine d’amitié, de liens forts, d’humour et d’amour. Et le roman répond bien à ses promesses.
Lorraine est un personnage attachant. Elle est un peu paumée dans sa vie sentimentale parce que ne sait franchement pas s’y prendre correctement. Si elle part en quête de l’amour, on comprend vite qu’elle part surtout en quête d’elle-même. Et comme on le sait tous, ce n’est pas toujours chose aisée que de se trouver soi-même. Heureusement pour elle, elle a une bande d’amis soudés qui vont l’aider et la soutenir dans ses choix et ses indécisions. Cependant, on comprend très vite qu’ils abusent un peu en voulant bien faire et ça donne lieu à des situations assez drôles.
Dans ces romans, j’aime ce genre de personnages actuels, émancipés, bien dans leur sexualité. Bon, peut-être qu’ici le côté nympho est légèrement exagéré mais cela ajoute au genre humoristique.

L’intrigue en elle-même n’a rien que très complexe ni de bien originale. J’ai surtout aimé voir l’évolution de ce petit bout de femme qui se cherche. 
L’auteur nous propose des scènes érotiques sans trop en faire.
J’ai eu par contre beaucoup de mal avec les dialogues. La narration est faite du point de vue de Lorraine et peut paraître assez crue parfois. Ceci ne me dérange absolument pas. J’ai lu bien pire dans d’autres romans, et ça ne me choque pas. Ce qui m’a chagriné par contre, c’est que certains dialogues sont plutôt dans un langage soutenu. Je trouve que ça enlève beaucoup de réalisme à ces échanges. De l’oral dans une narration et de l’écrit dans des dialogues, ça m’a laissé perplexe. 

La fin est complètement tirée par les cheveux. C’est vraiment très très gros, mais cela reste dans la lignée du roman: c’est drôle! A la limite de la caricature!
On comprend à la fin du roman qu’il y a une suite, et j’ai bien envie de me laisser tenter, rien que pour voir comment Lorraine va passer l’étape suivante de sa quête d’elle-même!

Pourquoi lire ce roman? C’est pétillant, plein de scènes cocasses, drôles, de l’érotisme, de l’amitié, de l’amour et des surprises. Un cocktail parfait pour une lecture détente sans prise de tête!

Parution: Novembre 2016 Edition: Editions du Chat Noir Collection: Féline Genre: Bit-lit

Parution: Novembre 2016
Edition: Editions du Chat Noir
Collection: Féline
Genre: Bit-lit

 


4eme couverture

En Sibérie, Darya Kovalevski, jeune orpheline, est passeuse de drogue pour un ami mafieux. Ce boulot dur et solitaire lui convient parfaitement car, depuis l’accident de voiture qui a coûté la vie à ses parents, elle souffre d’une étrange affliction : elle voit les vivants tels qu’ils seront le jour de leur mort. Une épreuve difficile à vivre au quotidien, surtout qu’elle s’accompagne des apparitions fréquentes d’un fantôme dont Darya ne comprend pas le langage. Un jour, son patron lui propose un nouvel emploi : servir de guide à un étranger, Rempert Dal Magro. Dès qu’elle le voit, sa différence saute aux yeux de la jeune fille et amène celui-ci à se confier sur sa situation un peu particulière. Il est un vampire dont l’âge altère son mental. Schizophrène, il a tendance à perdre les pédales et sa mémoire s’efface à un rythme inquiétant. Aujourd’hui proche de la folie et de l’amnésie complète, il veut à tout prix achever des recherches entamées plusieurs années plus tôt pour remédier au problème. Les dernières pièces du puzzle se trouvent en Sibérie et il a besoin de Darya pour les retrouver. Mais la jeune fille ne risque-t-elle pas sa vie avec lui ?

 


Mon avis

Je tiens à remercier les Editions du Chat Noir pour ce service presse.

L’histoire se déroule en Sibérie où le lecteur suit les aventures de Darya Kovalevski, orpheline depuis un accident de voiture. Jeune fille de caractère, elle est passeuse de drogue pour un mafieux qui l’a pris d’affection.
Darya a un don assez déstabilisant depuis l’accident. Elle voit sur chaque personne les marques de leur mort. Difficile pour elle de lier des liens avec qui que ce soit, jusqu’au jour où son patron lui donne pour mission de servir de guide à un certain Rempert Dal Magro qui est le seul qu’elle voit tout à fait normalement. Et pour cause: c’est un vampire! Un très vieux vampire qui perd carrément la tête et qu’elle va aider à retrouver quelque chose qui doit lui permettre d’aller mieux.
La route vers ce remède sera semée d’embûche et de rencontres en tous genres. Pour le meilleur comme pour le pire.
Un grand merci aux Editions du Chat Noir pour cette belle découverte. J’avais craqué sur la couverture qui représente Darya avec une cicatrice dans un environnement glacial et intrigant. Cela annonce un personne féminin fort comme je les aime. Et le titre m’intriguait également. Autant vous dire qu’on ne voit le lien avec l’histoire qu’à la toute dernière ligne! J’avais quand même un a priori, je dois l’avouer… Encore une histoire de vampire! Mais l’auteur a su apporter un peu de nouveauté à ce thème déjà mille fois abordé.


L’intrigue générale est très bien ficelée. On se repère facilement entre les différents personnages, lieux, histoires. Cela nous permet de connecter plus facilement les différentes pièces du puzzle. Le don de Darya permet également de donner un nouveau tournant à l’histoire, promettant ainsi des aventures palpitantes pour la suite de cette série.


J’ai beaucoup apprécié les personnages de ce roman, surtout celui de Darya. A la fois forte et blessée, elle en devient très attachante. Son don est une malédiction car elle n’ose plus être en contact rapproché avec les gens. Son métier l’amène à voyager seule au cœur d’une Sibérie glaciale, ce qui est fait pour elle. 

J’ai également beaucoup aimé le lien qui unit la jeune fille à son patron et son garde du corps. De gros durs aux cœurs tendres qui ont pris d’affection la jeune fille. Cela ne peut que nous pousser à apprécier encore plus la jeune fille. La voir si aimée et protégée par d’autres, fait d’elle une personne qu’on voudrait aider. 
Par contre, je n’ai pas vraiment accroché au personnage de Rempert. Darya est fascinée par cet homme à l’élégance et au raffinement à l’italienne. Quant à moi, il m’a laissé de marbre. Il n’en reste pas moins intéressant dans le sens où il nous amène à nous questionner sur ce fameux remède qui pourra l’aider mais aussi provoquer de grands changements dans le monde des vampires.


Dans cette intrigue, d’autres plus secondaires viennent se greffer, se regroupant toutes à un moment du roman. Chacune d’elles nous fait rencontrer de nouveaux personnages tous plus intéressants les uns que les autres, amenant ainsi plus d’épaisseur à une intrigue déjà forte.
Je ne veux pas trop vous en dire sur les personnages secondaires car cela gâcherait un peu le plaisir de la lecture et des découvertes.

Je ne connaissais pas cette auteur, mais je dois dire que j’ai beaucoup apprécié sa plume. La lecture est très fluide, on ne s’ennuie pas. Lorsqu’il n’y a pas vraiment d’action, les descriptions des paysages glaciaux de la Sibérie viennent prendre le relais.
Un premier tome très réussi qui vous donne envie de connaître la suite des aventures de Darya, de son don et des vampires. 
Action, amour, danger et créatures fantastiques: un cocktail qui fonctionne parfaitement.