Archives de la catégorie ‘Fantastique’

Parution: Décembre 2016
Edition: Rebelle Editions
Genre: Young Adult / Fantastique

 

 


Tout a commencé par un baiser. Un baiser fatal que je ne suis pas prête d oublier. Il a scellé mon destin, a tout jamais. Angela, ce n est plus moi. La guerre est proche, et je suis en première ligne pour défendre ceux que j aime, pour les venger. Mais qui me sauvera, moi ?

 


Un grand merci à Rebelle Editions pour ce service presse!

 

Angela, désormais mi-ange mi-humaine, est en fuite après avoir pris l’âme de son père et sacrifié son lien ange-soeur. Son existence est sans dessus dessous maintenant qu’elle est à la fois poursuivie par les humains pour le meurtre de son père et par la faucheuse qui la convoite pour une raison à un peu floue… Le destin du monde entre ses mains, Angela va devoir laisser sa place à Anya. Pour apprendre à être celle qu’elle doit être, Angela rejoint l’école des Anges. Mais est-elle vraiment en sécurité là-bas? La faucheuse est déterminée et prête à tout pour l’avoir…

 

J’ai trouvé le début un peu longuet. Il ne s’y passe pas grand chose. On voyage surtout au milieu des sentiments de la jeune fille qui, bizarrement se morfond plus sur la perte d’Isaac que la mort de son père. J’ai eu un peu de mal avec ça dans ce tome mais bon.
Et puis Angela s’apprête à rejoindre l’école des Anges et là, ça devient vraiment passionnant .
Le plus gros de cet opus se déroule dans cette fameuse école et je n’ai pu que remarquer la ressemblance avec Harry Potter.

– Attendez, je nage en plein délire là ! Je viens d’arriver à Poudlard ou quoi ?
– Pou… quoi ? bafouille Ismaël perplexe.
– Harry Potter et l’école des sorciers, ça vous dit rien ? Sérieusement, si vous me mettez une saleté de chapeau qui parle sur le crâne, ça va pas le faire, il est hors de question qu’on décide quoi que ce soit à ma place !

On pourrait trouver ça trop facile, mais l’auteur en joue ouvertement et les références m’ont fait sourire à de nombreuses reprises 🙂 En plus de l’école, on y croise une Hermione incarnée par le personnage de Maureen, une miss je sais tout très attachante ou encore un Rogue dans le professeur Nathanaël. Mon gros coup de cœur va à David et Gabrielle, à la fois Fred et Georges pour leur côté farceur et Ron et Hermione pour leur relation d’amitié amoureuse. On y retrouve également une cérémonie de répartition dans les classes (mais sans le choixpeau), un système de « castes » où les anges sont divisés par espèces: les colombes, les chouettes et les pies. Et bien sûr, Angela ne fait, bien entendu, partie d’aucune d’elles puisqu’elle est un statut tout particulier, et pourtant il va falloir faire en sorte de passer inaperçue car l’ennemi est partout!

De nouveaux personnages font leur arrivée dans l’intrigue, tandis que les anciens s’effacent un peu, tout en restant dans les pensées d’Angela, mais pas que! (Ah bah non, je ne peux pas vous en dire plus!) Les petits nouveaux sont des personnages forts, très intéressants. Certains sont détestables, d’autres attachants et drôles, mais de manière générale, ils ne laissent pas indifférents. 

Très vite, l’intrigue est devenue captivante, plein de rebondissements et de suspense. Je me suis demandée qui était l’ennemi infiltré (bon, j’avoue que j’ai vite deviné de qui il s’agissait)
Un gros point positif pour moi par rapport au premier tome, c’est la présence moins importante d’Isaac. Eh oui! Moins de romance mièvre, ça me plaît davantage! Bien sûr, il est toujours dans les pensées d’Angela, mais cette relation, de par sa situation, devient plus tortueuse. J’ai beaucoup aimé les flash-back qui nous permettent de comprendre la première vie d’Anya. L’absence d’Isaac nous permet de nous concentrer sur le personnage d’Angela qui connaît de grands changements. Elle est toujours en plein doute, avec un sale caractère et des tonnes de questions, mais on la comprend! Elle ne maîtrise pas ce corps d’ange, doute de son rôle dans ce sauvetage du monde! Elle doit passer inaperçue aux yeux des siens mais elle a tant de questions à poser et tant de rage face à certaines situations! Elle se sent mal, à la fois ni tout à fait humaine ni tout à fait ange. Elle ne trouve pas sa place. Mais ce deuxième tome va la métamorphoser petit à petit en celle qu’elle doit devenir: une femme plus forte, pleine de courage et d’humanité!


L’intrigue gagne ainsi en noirceur et en maturité. La plume de l’auteur est toujours aussi efficace et agréable à lire. L’univers qu’elle a créé s’enrichit au fil des pages. C’est magique, féerique et nous invite au voyage. Rien que la couverture est sublime! Il suffit de tourner les pages pour entrer dans un monde angélique qui n’est pas aussi beau que celui qu’on aurait tendance à imaginer.

Ce deuxième tome est, selon moi, une belle réussite. Du fantastique, de l’action et de l’émotion, du suspense, une mythologique riche et complexe, un peu de romance: une petite recette qui fonctionne vraiment très bien. J’ai hâte de lire la suite!

 

Parution: Décembre 2015 Edition: Auto-édition Genre: Suspense / Horreur

Parution: Décembre 2015
Edition: Auto-édition
Genre: Suspense / Horreur

 

 


4eme couverture

 


Cellule Secrète, lorsque le jeu mène à la folie. Une histoire horrible et effrayante. Les règles du jeu : Douze candidats. Six hommes et six femmes, enfermés, prisonniers, et forcés de cohabiter durant vingt-huit jours dans un site abandonné et réputé comme étant l’un des endroits les plus hantés du monde. Ils cachent tous un lourd secret et doivent tout faire pour le garder, tout en essayant de découvrir celui des autres candidats. Cet endroit mystérieux, la prison des secrets, est équipé de caméras vidéo et de micros dans toutes les pièces. Ils seront filmés et écoutés en permanence. Chaque participant touchera la somme de cinq mille euros par semaine entière passée dans la prison. À chaque secret découvert, il remportera alors cinq mille euros supplémentaires. De plus, le règlement limite à une fois par semaine et par personne, le droit de dévoiler un secret.

 


Mon avis

 

 

Les épisodes des derniers jours étaient d’une extrême violence et réunissaient un panel de tout ce que le public désirait. De la bagarre, des insultes, des prises de bec, du sexe, de la folie…

 

Douze candidats. 28 jours de jeu. Chacun possède un secret, les autres doivent le percer à jour. A la clé: 1 millions d’euros! Un concept vu et revu, mais le lieu donne toute son originalité à cette énième télé-réalité: une prison réputée hantée! Pour couronner le tout, le producteur est un magouilleur qui est prêt à tout pour faire exploser l’audience!
J’ai eu très peur en commençant ce roman. J’avais l’impression de lire « Secret Story »! Mais les choses ont vite évolué vers quelque chose de plutôt glauque et horrifique.
Ce roman, s’il est plutôt bien écrit, rencontre pas mal de soucis de l’auto-édition. Il manque clairement d’une relecture! Des erreurs dans les prénoms cités, des fautes d’orthographe et des coquilles.

Les personnages ne sont pas forcément très détaillés. On en apprend plus sur eux au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue mais on reste toujours en surface. Ça m’a un peu gênée au départ, mais j’ai vite compris qu’il était, finalement, inutile d’entrer dans les détails car ces beaux et jeunes gens vont vite voir leur personnalité disparaître laissant peu à peu place à une force étrange et mystérieuse…
L’ambiance est très malsaine. Je me suis sentie assez mal pendant la lecture. C’est pesant. Le lecteur n’est pas épargné par les détails gores de certaines scènes. Une atmosphère digne d’un bon roman horrifique.

Au-delà du genre horrifique, c’est une critique sociétale qui nous est proposée: les valeurs sont peu à peu oubliées pour laisser la place à la violence, au sexe, au cru, au trash et au buzz. 

 

Le public était indifférent à la souffrance des candidats. Ils aimaient voir le sang couler, ils aimaient voir la folie grandir, la démesure. Ils vivaient dans une société prête à tout pour faire le buzz. L’actualité montrait sans arrêt des scènes d’une rare violence, celle de la vie de tous les jours, celle des guerres incessantes. Et dans cette réalité, ou la fiction ne parvenait plus à égaler l’information, il fallait toujours être à la recherche des scènes les plus choquantes.
Cellule Secrète reflétait parfaitement l’esprit de cette jeune société égoïste, et abrutie par la télévision et les écrans d’ordinateurs. Cette société qui perdait petit à petit toute son humanité, son cœur, ses valeurs et le sens des réalités. Une société qui avait fini par banaliser l’agressivité, la violence et la haine.

 

« Cellule secrète » est un roman horrifique plutôt efficace, où se côtoient suspense, gore et surnaturel. Dommage que quelques petits soucis dûs à l’auto-édition soient venus un peu gâcher l’ensemble.

 

« Les Radley » de Matt Haig

Publié: 5 février 2017 dans Fantastique

 


Parution: Octobre 2010 Edition: Albin Michel Genre: Fantastique

Parution: Octobre 2010
Edition: Albin Michel
Genre: Fantastique

 


4eme couverture

 

Ils n’ont qu’une addiction : le sang.Mais depuis plus de vingt ans, ils ont décidé de renoncer à leur pêché mignon et de se désintoxiquer. Pas facile d’être un vampire urbain au XXIe siècle ! Dans une banlieue british tout ce qu’il y a de plus respectable, la famille Radley essaye désespérément de se comporter comme « des gens normaux ». Mais des vampires de souche peuvent-ils définitivement refouler leurs désirs et leurs instincts ? Pas sûr…à contre-courant de toutes les histoires de vampires d’hier et d’aujourd’hui, Matt Haig renouvelle le genre avec ce roman qui est autant une féroce et brillante satire de notre société qu’un pur plaisir de lecture… et d’angoisse. 

 


Mon avis

 

Il est parfaitement possible d’habiter à côté d’une famille de vampires sans jamais soupçonner que ceux que vous appelez vos voisins ont peut-être le désir secret de vous sucer le sang.
C’est surtout probable si la moitié des membres de ladite famille ne se sont jamais doutés de rien.

 

J’avais un peu peur de commencer ce livre. Je ne trouvais ni l’envie, ni la motivation. En fait, j’avais ce livre qui se trouvait dans ma PAL depuis longtemps et j’avais décidé de le sélectionner pour mon challenge ABC Littérature de l’imaginaire. Après ça, j’ai eu le malheur de tomber sur pas mal d’avis négatifs, avec certains lecteurs qui n’avaient même pas fini le livre.
J’ai, malgré tout, pris mon courage à deux mains et me suis lancée dans la lecture…

… Et, je me suis très vite ennuyée. Oh mon dieu que c’est lent!!! Les chapitres sont très courts. Ce que j’aime d’ordinaire car cela donne un rythme intéressant aux actions mais ici, il n’y avait aucun intérêt car, justement, il n’y avait pas d’action!
Bon, j’ai horreur de commencer un livre et de ne pas le finir. J’ai pris sur moi et j’ai continué. Dur, dur!

Et puis, finalement, je me suis laissée embarquer par l’histoire. Si on s’attend à une histoire basique sur les vampires, je pense qu’on est vite déçu. Par contre, il faut plutôt voir ce roman comme une critique de la société, et là, pour le coup, la lecture est plus facile.
Je ne dis pas que je me suis éclatée en le lisant, loin de là, je l’ai trouvé lent à se mettre en place, l’intrigue pas terrible, mais le côté social est vraiment intéressant.

Il s’agit de l’histoire de Pete et Helen, vampires abstinents (ils ont renoncer au sang humain) qui ont caché leurs origines à leurs deux ados, Rowan et Clara. Comme tout ado qui se respecte, ces deux-là sont en recherche d’identité. Clara a décidé de devenir végétarienne et ça ne lui réussit pas. Rowan est tellement différent des autres qu’il est devenu le souffre douleur. Un jour, la jeune fille se fait agresser, perd le contrôle et mord son agresseur jusqu’à le tuer. Impossible de cacher la vérité plus longtemps, il faut tout révéler aux enfants… A partir de là, chacun va réagir à sa façon: colère, nostalgie, peur, dégoût, fascination.

Dans ce roman, j’ai trouvé que deux personnages relevaient le niveau d’un texte plutôt lent: Rowan, le fils et Will, l’oncle. Ils apportent une touche d’humour noir à l’histoire, et ça fait du bien! Les autres sont un peu ennuyeux: une mère ennuyante qui se sait pas se décider, un père absent qui pense à ses besoins avant tout, une frangine qui se sent supérieure depuis qu’elle est vampire. Une bonne caricature de la famille!

Ici, le mythe des vampires est modernisé. Ok, les vampires n’aiment toujours pas l’ail, ils peuvent vivre au soleil (même s’ils n’aiment pas ça), mais ils ont un reflet dans le miroir. Au-delà de cette intrigue, comme je l’ai dit, on a une véritable critique sociale de la société. L’adolescence, d’un côté, avec sa recherche d’identité et son positionnement dans la société, mais aussi face à l’addiction (ici le sang) et au harcèlement à cause de la différence. Les parents pas franchement heureux dans leur vie bien définie, loin de leur vie plus mouvementée d’avant. Le mari qui n’est pas heureux, rêve du passé et de femmes car la sienne n’est plus franchement très proche de lui. Il y a aussi le secret familial, gangrène de la famille. Celui qu’on cache tout en sachant que cela fera plus de dégât.
Et puis, plus globalement c’est l’histoire d’une famille qui cherche juste à s’intégrer dans une société, sans faire de vagues, sans sortir des clous, en étant des gens « bien comme il faut ».

 

 

Réfléchis, bon sang. Regarde autour de toi. Tout le monde refoule. Tu crois que touts les êtres humains « normaux » font exactement tout ce qu’ils veulent tout le temps ? Bien sûr que non. C’est pareil. Nous appartenons à la classe moyenne. Nous sommes britanniques. Nous avons le refoulement dans le sang.

Pour conclure, je n’ai pas été emballée à 100 %. Si vous cherchez un livre sur les vampires, choisissez un autre livre! Si vous aimez, au contraire, les satyres de notre société, vous pouvez vous laissez tenter par ce roman un peu drôle mais aussi tragique, avec beaucoup de réflexions assez intéressantes.

Réédition: Août 2016 Edition: Rebelle Editions Genre: Fantastique

Réédition: Août 2016
Edition: Rebelle Editions
Genre: Fantastique

 


4eme couverture

 

Depuis qu’Isaac Hayden est entré dans ma vie, rien n’est plus pareil. Il est beau à se damner, mystérieux, sombre et il va mourir. Je le sais, je l’ai vu, comme j’ai vu mourir ma mère et ma meilleure amie. J’ignore si cette fois je serai assez forte pour combattre la mort, mais je suis prête à tout pour sauver ce bel étranger. Même si je dois me brûler les ailes…

 


Mon avis

 

Je remercie Rebelle Editions pour ce service-presse!

La solitude me pèse, c’est certain, mais c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour protéger les gens qui auraient le malheur de m’apprécier.

 

Angela est une ado anglaise qui vit seule avec son père depuis le décès de sa mère. La vie ne lui épargnant rien, elle perd également sa meilleure amie. Comble de l’horreur: elle avait prédit leur mort! Se sentant responsable, Angela a choisi de vivre en solitaire, protégeant ainsi les autres de ce qu’elle pense être une malédiction. Malgré tout, elle a une amie fidèle et pétillante, Déborah, mais cela ne l’encourage pas à aller vers les autres. Jusqu’au jour où l’arrivée d’Isaac au lycée va tout bousculer…
Irrésistiblement attirée par ce jeune homme dont le parfum l’ensorcelle, elle va progressivement voir sa vie changer, en apprenant plus sur son mystérieux passé et un futur plus qu’incertain.

« Angela » est une saga young-adult, mêlant différents univers: la romance et le fantastique. Si le côté fantastique m’a plu, je dois dire que j’ai moins accroché à la romance. J’ai du mal avec les coups de foudre, les êtres réunis par le destin. J’aime suivre la mise en place d’une relation, sentir les sentiments s’installer. Et ici, c’est de l’instantané, du feu d’artifice immédiat. Je reste sur ma faim de ce côté-là. Bien sûr, c’est mignon comme tout, et à la fois tragique. Mais ça ne m’a pas émoustillée plus que ça.

 

Par contre, j’ai beaucoup apprécié l’univers fantastique de ce roman. C’est un monde empli de magie dans lequel le lecteur évolue parmi les anges, affranchis, faucheurs et voleurs d’âmes. Je n’ai pas vraiment l’habitude de cette thématique, mais je dois avouer que je me suis laissée prendre aux jeu.
La mythologie revisitée par l’auteur est très intéressante. Elle a développé un univers complexe avec différentes castes, des règles et un fonctionnement propre à chacune. Je dois bien avouer qu’à un moment, dans la lecture, je me suis sentie un peu perdue dans toutes ces informations, mais tout est devenu clair assez rapidement.

 

Concernant les personnages, je dois bien avouer que j’ai eu du mal avec Angela. Je n’ai pas réussi à m’attacher à elle. Complétement perdue dans sa vie, elle m’a donné l’impression de faire la girouette, et cela m’a fatiguée au bout d’un monde. J’ai aussi été dérangée par le fait qu’elle accepte très facilement sa vraie condition. Même si elle a toujours su qu’elle était différente, je m’attendais au moins à quelques doutes et rejets. 
Par contre, j’ai aimé son côté fort, la solitude qu’elle s’impose pour ne pas faire de mal aux personnes qu’elle aime.
J’ai apprécié sa relation avec son père. Un personnage protecteur et qui aime sincèrement et tendrement sa fille. Déborah, sa meilleure amie est sa caution positive. Elle sait voir les choses du bon côté, redonner le sourire à son amie, la soutenir et l’écouter. J’ai beaucoup apprécié les affranchis et leur côté très atypiques et mystérieux. 
Quand à Isaac, j’ai été très mitigée à son sujet. Au début, je l’ai trouvé arrogant, aussi changeant qu’Angela. Mais son côté mystérieux a su attiser ma curiosité et très vite, je me suis interrogée à son sujet. Et s’il n’était pas ce qu’il montrait? On sent une vraie torture chez ces deux amoureux, on comprend que les choix qu’ils auront à faire vont les blesser plus profondément qu’ils ne le croient. 

 

Pour en revenir au roman dans sa globalité, j’ai aimé évoluer dans une atmosphère assez sombre et oppressante. Il est assez difficile de savoir qui fait partie du côté du bien ou du mal. Le lecteur est sans arrêt dans la méfiance. L’avancement de l’intrigue en elle-même participe à cette atmosphère. L’auteur dévoile des indices au compte-gouttes, alimentant ainsi le mystère.
Ajoutant à ceci, l’écriture simple et efficace rend ce premier tome totalement addictif!
Du fantastique, de la romance, du suspense, une mythologie complexe et une intrigue bien ficelée: le combo gagnant pour une série addictive! J’ai hâte de lire la suite des aventures d’Angela!

 

 

Parution: Mai 2012 Edition: Bayard Genre: Fantastique

Parution: Mai 2012
Edition: Bayard
Genre: Fantastique

 


4eme couverture

 

Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante.
Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l’enfermement et l’immortalité.Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé un partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des « Monstres ». Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l’île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n’a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse…

Mon avis

 » Les étoiles aussi sont des voyageurs du temps », ai-je songé.
Combien de ces points lumineux provenaient de soleils déjà morts? Combien d’étoiles étaient nées, dont la lumière ne nous parvenait pas encore? Si tous les soleils, à l’exception du nôtre, s’éteignaient ce soir, combien de vies nous faudrait-il pour comprendre que nous étions seuls? J’avais toujours eu conscience que le ciel était plein de mystères, mais je réalisais seulement aujourd’hui que la Terre l’était aussi.

 

Cette saga traîne dans ma PAL depuis un bon moment déjà. Je reportais ma lecture, au profit d’autres. Je me suis enfin décidé à me lancer, et je n’ai aucun regret!

Jacob, jeune ado américain, est fasciné depuis son plus jeune âge par les histoires fantastiques de l’enfance de son grand-père. Juif pendant la seconde guerre mondiale, Abe a été mis en sécurité sur une île du Pays de Galles où il a fait la rencontre de Miss Peregrine Faucon et de ses protégés: des enfants aux capacités bien mystérieuses. En grandissant, Jacob comprend que tout ceci n’est que conte de fées, ou la démence d’un homme qui essaie de refouler un passé tragique dans lequel toute sa famille a été décimé par les monstres nazis. Mais est-ce vraiment le cas? Quand son grand-père meurt dans des circonstances étranges, lui rappelant dans son dernière souffle ses histoires du passé, Jacob se met à douter. Il part alors en quête de cette île et de ces enfants…

La couverture, déjà, m’intriguait beaucoup. Oui, je sais: ne pas juger un livre à sa couverture! Mais je ne peux m’en empêcher! J’aime deviner les promesses cachées dans cette première image d’un roman. Je remarque tout de suite le côté fantastique avec cette enfant qui lévite et illustre le terme « Enfants particuliers ». Je note aussi le côté sombre de la photo, qui ne se retrouve pas vraiment sur la couverture de la réédition. Je préfère celle-ci car elle me fait penser à une vieille photographie qu’on aurait retrouvé dans le grenier d’une maison, au fond d’une malle poussiéreuse.
Et c’est justement ça qui m’a plu. Toute cette histoire construite autour de vieilles photos dénichées par l’auteur dans des vide-greniers ou des collections privées. Cela donne une saveur toute particulière à ce roman. 
La construction de cette saga fantastique est assez classique. Jacob découvre un monde nouveau, rencontre des personnages aux capacités sortant de l’ordinaire mais se rend vite compte que le danger plane sur eux. Le voilà propulsé au range d’acteur dans leur histoire, jusqu’à devoir porter le costume du nouvel héros.
C’est dans le traitement des différents thèmes abordés que se fait ressentir l’originalité. Déjà par l’utilisation des photographies que j’ai abordée précédemment. Cette saga propose surtout une réflexion importante sur l’Histoire, avec notamment la persécution des nazies sur la population juive, la guerre et ses horreurs. C’est aussi pour Jacob, une manière de se positionner dans cette Histoire, déjà par rapport à son grand-père qui a été une des victimes mais aussi par rapport aux boucles temporelles qu’il va visiter et ainsi vivre les événements du passé.
Il y a aussi un côté « Peter Pan » avec les enfants particuliers, bloqués dans une boucle qui leur fait vivre sans fin le même jour, connaissant ainsi l’immortalité tant qu’ils restent à l’intérieur. Ces enfants qui ne grandissent pas. Mûrissent mais restent des enfants, refusant même la mort de l’un des leurs.
Et bien sûr, on y parle également de la différence. Ces enfants particuliers, rejetés de la société, obligés de se regrouper pour vivre ensemble, sous l’aile protectrice de leur ombrune.
 

Le style de l’auteur est agréable, l’écriture très visuelle. L’intrigue quant à elle est parfaitement maîtrisée, nous permettant de voyager dans le temps, le réel se mêlant au fantastique. Un coup de maître pour un premier roman.

Une adaptation cinématographique de Tim Burton? Je dis oui! Il ne me reste plus qu’à le voir! L’univers de « Miss Peregrine et les enfants particuliers » rejoint bien celui de Burton. Je suis curieuse de voir comment il a traité cette adaptation.

Un premier tome qui nous promet une saga jeunesse palpitante avec son univers sombre et original, ses personnages atypiques et attachants et ses monstres terrifiants.

Parution: Février 2014 Edition: Darkiss Genre: Fantastique

Parution: Février 2014
Edition: Darkiss
Genre: Fantastique

 


4eme couverture

 

Quel mal ronge donc Alice ? Depuis quelque temps, elle entend deux cœurs battre à l’intérieur d’elle, comme si une autre Alice se développait en elle. Pourtant, aucun de ses amis ne semble voir le changement. Ni entendre la voix qui chuchote à ses oreilles quand elle croise son reflet dans le miroir. Mais, un soir, le doute n’est plus permis : horrifiée, Alice ne se reconnaît plus dans la glace: un double maléfique vient de naître, doué d’une vie propre et prêt à faire voler le miroir en éclats pour prendre le contrôle…

 


Mon avis

 

Dans le cœur de chaque homme vivent deux loups affamés. L’un est bon, l’autre méchant, et ils se battent pour prendre le contrôle. A la fin, celui qui a pu se nourrir l’emporte.

 

Le premier tome de cette saga m’avait plu mais sans plus. J’avais particulièrement apprécié l’approche originale du genre zombie, mais cela restait pour moi trop gentil. L’auteur m’avait, toutefois, suffisamment convaincue pour me donner envie de lire la suite.

 

Il faut avouer que j’ai trouvé ça assez lent. Peu d’action (mais elles m’ont plutôt convaincue car peut être plus dures), beaucoup de réflexion. Et pour cause, Alice a deux gros problèmes: 

– Après une morsure, Alice a des symptômes assez étranges: elle a des visions lorsqu’elle se regarde dans le miroir. C’est elle, mais pas tout à fait… Et le mal commence à la ronger de l’intérieur. Que se passe-t-il? Ali va-t-elle devenir ce qu’elle déteste le plus au monde?
Et bien, c’est le sujet de ce tome. J’ai beaucoup aimé, le personnage d’Ali se développe de façon très intéressante. On angoisse avec elle, on ne sait pas trop comment cela va finir. Cela crée une ambiance très sombre et angoissante.

– Sa relation avec Cole. Et là, clairement, j’ai failli faire une overdose! Ce jeu du « Je t’aime! Moi non plus » m’a lassé très vite. C’est à peu près la même chose pour la relation Kat et Frosty. 

Nous restons globalement avec les mêmes personnages, mais quelques nouveaux viennent se greffer à l’intrigue. Gavin et Veronica, notamment. Le beau gosse de service, très sur de lui et la fille qui va rendre jalouse Ali, qu’on a clairement envie de détester! Les autres personnages évoluent de façon plutôt intéressante. On en sait plus sur chacun, sur leur capacité et leur relation aux autres. La grand-mère d’Alice est absolument géniale! A la fois grand-mère protectrice, et bonne copine, on ne peut que l’adorer.

J’ai vraiment beaucoup aimé les passages où Alice lutte avec son double maléfique. C’est très bien retranscrit, on ressent l’angoisse du personnage, ses doutes, sa volonté de ne rien lâcher. Je pense que c’est le gros point fort de ce tome qui m’a donné envie d’aller jusqu’au bout.

Malgré la lenteur que j’ai pu ressentir dans ma lecture, les actions étaient plus rythmées et sanglantes, j’ai découvert de nouvelles informations sur les pouvoirs d’Alice, sur les zombies et Anima.


Si ce tome ne m’a pas emballée plus que ça, l’intrigue générale me plaît vraiment. En tout cas, suffisamment pour me donner envie de lire le tome 3, même si je ne le mettrais pas en lecture prioritaire.


Lecture dans le cadre des challenges:

challenge ABC de l'imaginaire
Challenge littérature de l'imaginaire

Parution: Octobre 2014 Edition: J'ai lu (Paru également chez Rebelle Editions et France Loisirs) Genre: Fantastique

Parution: Octobre 2014
Edition: J’ai lu (Paru également chez Rebelle Editions et France Loisirs)
Genre: Fantastique

 


4eme couverture

 

À presque 18 ans, Hannah enrage de devoir subir un nouvel été à Wick, petite ville portuaire écossaise. Il n’y a pas plus ennuyeux que cet endroit pour une citadine de son âge. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Leith. Il est bâti comme un roc et possède les plus beaux yeux qu’elle ait jamais vus. Qu’importent les rumeurs qui courent au sujet du jeune homme… l’attirance est immédiate, réciproque et irrépressible.
Puis tout bascule. Le conte de fées se transforme en cauchemar et le destin d’Hannah est scellé. Leur relation résistera-t-elle à l’inimaginable ? Sauront-ils vaincre le pire ? Car les légendes sont parfois plus réelles que l’on croit.

 


Mon avis

 

– Tu sembles si convaincue de leur existence !
Elle me regarda avec un sourire en coin.
– Et pourquoi ne le serais-je pas ? Certains croient bien en un dieu qu’ils n’ont jamais vu.


Depuis un bon moment déjà, je veux commencer cette série. J’avais donc choisi de sélectionner ce premier tome pour mon Challenge ABC Littérature de l’Imaginaire 2016 histoire de me motiver un peu.

La couverture de cette édition « J’ai lu » est juste magnifique! C’est celle que je préfère de toutes les éditions parues.

Hannah, jeune parisienne de bientôt 18 ans, part en vacances à contre-cœur. Comme chaque année, ses parents et elle passent les deux mois d’été dans le manoir de la grand-mère, à Wick, en Ecosse. Dépitée à l’idée de passer de longues semaines ennuyeuses, loin de sa meilleure amie, elle fera une rencontre assez inattendue avec un certain Leith Sutherland, charismatique et mystérieux beau mec! Les vacances prennent une autre tournure et l’amour pointe le bout de son nez. Mais les choses vont se gâter. Qui est réellement Leith, si énigmatique et provoquant le malaise chez certains?
Et bien, je ne vais rien vous dire, ça gâcherait la surprise, même si je dois l’avouer, on le comprend très vite dans ce premier tome.

Au début de ma lecture, j’ai vraiment eu du mal parce qu’il y a pas mal de similitudes avec la saga « Twilight ». Par la suite, l’histoire évolue et Sophie Jomain a su créer sa propre ambiance et sa mythologie. Malgré tout, le schéma général reste classique: une humaine tombe amoureuse d’une créature fantastique et risque sa peau à cause de cette union. Heureusement, l’histoire de ces créatures est bien développée et sort un peu de l’ordinaire.

 

Gros point positif: le cadre de ce roman: l’Ecosse. Ça fait voyager le lecteur, avec ces paysages plein de légendes et de charmes. Un cadre idéal pour cette histoire!

Les personnages m’ont plu, même s’ils auraient pu être plus approfondis, je pense. Hannah est jeune, et ça se ressent. Elle est un peu naïve, limite mièvre et coincée. Bref, je n’ai pas vraiment accroché à elle. Leith, quant à lui, est plus énigmatique et charismatique. J’ai beaucoup plus accroché. Malgré son côté « homme fort », il a des faiblesses qui le rendent très intéressant. On comprend assez vite son secret et j’ai eu du mal à comprendre le temps qu’il a fallu à Hannah pour comprendre de quoi il s’agissait. Je n’ai pas vraiment été emballée par leur histoire d’amour.
Sa famille est attachante (Bon, son père un peu moins, mais en apprenant son histoire, je l’ai un peu plus compris, et il devient moins détestable) surtout Al et Bonnie dont j’aurais aimé en savoir plus.

J’ai adoré le personnage de Gwen, atypique, déluré. J’espère qu’on la retrouvera dans le prochain tome  pour continuer à faire sa connaissance puisque finalement on connaît peu de choses sur la meilleure amie de Leith.
Quant au méchant de l’histoire, j’ai bien aimé son côté tordu. Un peu moins le fait d’avoir compris très vite de qui il s’agissait.

J’ai un peu regretté ce côté très prévisible dans ce roman. On comprend vite qui est Leith, qui est le prédateur, etc. Un peu plus de suspens m’aurait bien plu!

Si l’écriture est agréable et fluide, l’univers plutôt intéressant et promettant d’évoluer dans le bon sens, ça reste tout de même très « Young adult ». En tout cas, ce premier tome, malgré quelques défauts, m’a donné envie de découvrir la suite!

 


Roman lu dans le cadre des challenges:

challenge ABC de l'imaginaire
Challenge littérature de l'imaginaire